lundi 3 mars 2014

Bouh.

Il y a plein de chanteurs révoltés qui sont devenus geignards, aigris, parce que n’ayant pas vendu une rondelle à partir de la fin des années 70, ils en ont déduit que le monde était plus con qu’eux : Tachan, par exemple. Béranger a subi ça aussi. Et d’autres.
Posté par imerege à 19:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 28 octobre 2012

Patrick Clémence

Aux crétins de circonstance, on dit volontiers "Passe-moi le sel" ou "Passe-moi le poivre". Mais à Patrick Clémence, on ne parlait pas de la même façon. On le suppliait : "Passe-moi le Louki ou le Tachan". Et parfois, on avait juste à se baisser. Il nous approvisionnait. Ainsi était Patrick. Jusqu'au bout, profitant des moyens qu'offre la technologie, il a fait connaître ceux qu'il aimait et dont il a rejoint la joyeuse cohorte, avant-hier. En plein automne. Trente-et-un an après son Sétois préféré. On cherche toujours ce bistrot que... [Lire la suite]
Posté par imerege à 01:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 30 août 2012

Henri Tachan

Plus de quarante ans qu'il chante dans un vide médiatique assez assourdissant. Tachan n'est pas arrivé à la bonne époque, ni avec les bonnes manières. Si, comme le disait Brel, "le fauve est lâché", il y a bien longtemps qu'on l'a remis dans sa cage. Le chanteur n'a pas fait le dos rond, il n'a pas couru les plateaux télé. Mais surtout, il a émergé au moment où le créneau de la chanson à texte était bien occupé. Les sujets qu'il abordait (la chasse, la guerre, l'amour...) ne l'ont pas été d'une manière qui l'aurait... [Lire la suite]
Posté par imerege à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 28 août 2012

Jean-Luc Delarue

La mort d'un homme médiatique ne passe jamais inaperçue, parce que la légitimité des médias s'incarne dans un corporatisme apparent et dans la fondamentale nécessité de convaincre l'opinion publique sur ce point : vous ne pouvez pas vous passer de nous ! Et pourtant si. Parce que la mort d'un Delarue ne pèse pas lourd d'un point de vue culturel, parce qu'on l'oubliera rapidement comme on en a oublié d'autres. Disparaître à quarante-huit ans, c'est triste. Oui, c'est triste. Mais Delarue avait choisi son destin, avec ce qu'il comporte... [Lire la suite]
Posté par imerege à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,