samedi 17 septembre 2016

Hybride.

Il détestait les voyages et les explorateurs. Et pourtant, Arthur s'apprêtait à régler sa note avant de repartir en expédition. Quinze ans avaient passé depuis qu'il avait quitté pour la dernière fois le Brésil et, pendant toutes ces années, il avait souvent rêvé d'une jeune fleuriste vêtue d'une blouse blanche, qui lui donnait une ravissante allure de chimiste. Chaque fois, une sorte de honte et de dégoût l'empêchait de lui parler. Eh quoi ? Faut-il narrer par le menu tant de détails insipides, d'événements insigni­fiants, surtout... [Lire la suite]
Posté par imerege à 11:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 28 janvier 2013

Sur quelques extraits de M.Lévy...

1- Ces phrases, par exemple : "Antoine prit la lettre dans son veston et la remit discrètement à Sophie. Elle la déplia et commença à la lire, visiblement satisfaite. Tout en poursuivant sa lecture, elle tira une chaise à elle et s’assit. Elle rendit la première page à Antoine."  Sept verbes d'action. Surcharge de détails ridicules. Par exemple : « Elle tira une chaise à elle et s'assit ». On se doute qu'elle ne va pas faire autre chose. Le mauvais écrivain se perd dans le détail pointilliste. Lointain réflexe qui... [Lire la suite]
Posté par imerege à 22:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 2 septembre 2011

Mes amis, mes amours (Marc Lévy)

J'ai enfin essayé un Marc Lévy. Je confirme : c'est nul. La performance, c'est que ça ne raconte rien et que c'est convaincu du contraire. Mais la littérature de gare est souvent gonflée aux hormones. Ses caractéristiques : des clichés, des hyperboles, une bonne vieille dose de morale rance. Il y a tout cela chez Marc Lévy. Ce que je ne comprends pas, c'est qu'on n'a pas même affaire à une aventure. Je pensais que ces livres offraient une lucarne sur un ailleurs, aussi risible soit-il. Là, rien : pas même un vasistas. On reste sur le... [Lire la suite]
Posté par imerege à 23:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,