jeudi 10 novembre 2011

Robert Diochon

Le football n'a jamais été une spécialité rouennaise : on ne s'est jamais vraiment bousculé dans ce petit stade et l'on n'y a pas vu beaucoup de stars. Platini dans les années 70, quand Rouen s'est invité très peu de temps en division 1. Et puis, un passage éclair dans l'élite, entre 82 et 85 : à cette époque, l'équipe de Robert Vicot, menée par le vaillant Jean-François Beltramini, avait accroché le grand Bordeaux d'Aimé Jacquet. Diochon vibra quand le 4 février 1984, Pascal Malbeaux crucifia les célèbres grenats de Giresse, Tigana,... [Lire la suite]