mercredi 11 février 2015

Pamphlets.

Il est rare que la tradition du pamphlet à la française ne puise pas dans une préciosité lexicale ou syntaxique, laquelle fait clignoter tous les signes d’une aristocratie littéraire : ça va de Léon Bloy à Muray, en passant par Desproges. Par exemple, les archaïsmes de langue qu’on réactive -à la Brassens- sont aussi des étendards qu’on brandit contre la modernité, puisque les pamphlétaires sont résolument anti-modernes.
Posté par imerege à 00:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 12 octobre 2014

Desproges

Dans un magazine qui s'appelle Schnock et que je ne connaissais pas, un bon dossier sur Desproges, notamment une interview de Jacques Catelin, l'ami de l'humoriste, qui raconte des anecdotes très intéressantes. Par rapport à la biographie de Marie-Ange Guillaume, pas de grandes révélations, mais plutôt la confirmation que Desproges était un anti-conformiste viscéral, très enclin à prendre le contre-pied de ce que pensaient les autres. Il y a quelque chose de fascinant dans cet individualisme forcené, mais aussi quelque chose de... [Lire la suite]
Posté par imerege à 11:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 2 décembre 2012

Guy Bedos

Grande émotion sous le chapiteau de l'Université Populaire du goût, le samedi 17 novembre dernier. Guy Bedos était l'invité de Michel Onfray, dans le cadre d'une journée qui lui était spécialement consacrée. Lorsqu'il est arrivé sur scène, petit homme nerveux et pourtant bien fatigué, l'assistance n'a pas manqué de lui réserver une ovation que, somme toute, il méritait, pour bons et loyaux services rendus à l'humour depuis une cinquantaine d'années. En même temps, il y avait quelque chose de surréaliste dans cet événement. Le cadre... [Lire la suite]
vendredi 2 mars 2012

Constat.

Tous ceux qui labellisent les nouveaux comiques par l’antonomase d’usage "(le nouveau Coluche", "le nouveau Desproges") sont ceux qui cherchent à briser les flèches qui pourraient les atteindre.
Posté par imerege à 13:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 29 janvier 2012

Réponses

"Ca vous fait quoi qu'on vous appelle le nouveau Coluche". "Cela vous fait quoi qu'on vous appelle le nouveau Desproges ? Réponses possibles : 1- Ca prouve que vous vivez dans le passé. 2- Ca montre qu'il n'est pas arrivé grand chose dans l'humour français depuis 25 ans. 3- Ca m'incite à croire que vous me condamnez aux accidents de la route ou aux métastases. 4- Ca montre que vous maîtrisez l'antonomase. 5- C'est un peu insultant pour ceux qui les ont précédés. 6- Cela confirme qu'on est Coluche ou Desproges,... [Lire la suite]
Posté par imerege à 16:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 10 octobre 2011

Gaspard Proust

Dernière coqueluche de la presse, toujours orpheline de Desproges et de Coluche. Depuis vingt-cinq ans, le deuil aurait dû être fait. Cette obsession pathologique incite à l'antonomase commode : cette année, Gaspard Proust est assimilié à Desproges. Guillon doit en être fâché. Mais Guillon n'a jamais été méchant. Pour l'être encore faut-il avoir du talent. Proust a au moins des références, ce qu'on soupçonnait un peu. Houellebecq (pseudo-méchant et vrai ennuyeux), Zola (magnifique), Dostoievski (itou). Et Lautréamont, dans tout cela ?... [Lire la suite]
Posté par imerege à 22:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 17 juin 2011

Elie Semoun à la radio

Gentil, gentil petit Semoun, qui débite des vacheries sur scène et des banalités sur les ondes. Encore un comique qui a besoin d'exhiber sa tendresse, pour qu'on l'excuse d'être acerbe. Et puis, évidemment, l'incontournable poncif des interviews d'humoristes : "tout petit déjà, j'amusais mes camarades". A la rituelle question, Desproges avait inventé une parade gouleyante : "Je n'ai pas fait rire tant que je n'ai pas été payé pour". Que les clowns s'assument aussi à la ville, hein...
Posté par imerege à 19:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 21 avril 2011

Vertige de l'humour

"Impertinent défi lancé à la spéculation philosophique", disait l'autre dans un célèbre bouquin. Pour que la blague soit efficace, il ne suffit pas qu'intrinsèquement on puisse la nommer par un des procédés dans lesquels on fait -de force- rentrer le rire : comique de mots, de gestes, de situation, de caractère. Encore faut-il que je frictionne mon interlocuteur, avant de le préparer à recevoir ma saillie. Tu as beau savoir, mon prochain, que ce que je dis est un jeu de mots, si tu n'as pas décidé de rire avec moi (pour... [Lire la suite]
Posté par imerege à 16:54 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 26 novembre 2010

Nullité

Une des compromissions de Desproges à l'industrie du disque. Mais il n'est pas exclu de croire que c'est une gentille petite farce qui ne va nulle part. Le solo d'accordéon anticipe Licence IV.
Posté par imerege à 20:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 3 juin 2010

Des femmes qui tombent.

Unique roman de Pierre Desproges, écrit en 1985. Ca ne va nulle part mais ça y va avec entrain. On sourit de l'écriture. Toutefois, on se désole que le célèbre humoriste touche ici la médiocrité du bout de sa plume. Navré de subir une tambouille avec un extra-terreste obsédé, des moustiques tueurs et des veuves toutes vouées au néant. Desproges fut un excellent chroniqueur, mais certainement pas un romancier convenable.
Posté par imerege à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :