jeudi 24 décembre 2015

Religion

En France, tu rentres dans l’histoire. Tu peux avoir ta place à côté de la fameuse photo Brel/Brassens/Ferré, mais en hors-champ. Cette photo m’angoisse à mort. Je l’ai vue dans tous les endroits possibles de la terre : des caves, des chiottes, des bars… Le christianisme de la chanson française a commencé là (Luz aux Inrocks, août 2009)
Posté par imerege à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 21 octobre 2015

Punk

BRASSEN'S NOT DEAD.Mourir pour des idées Ne jamais oublier que Brassens n'a plus jamais oublié d'album à partir de 77. Il savait bien que les punks l'avaient doublé par la gauche.
Posté par imerege à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
samedi 14 février 2015

Pom pom.

Cette propension à moderniser Brassens d’une façon ou d’une autre, même sous les formes les plus grotesques (« La pompe moderne » qui lui fait reprendre les Bangles, Daft Punk ou Britney Spears) montre que le fantasme d’un certain nombre, c’est que Brassens soit d’une époque. Question de posture aussi : cet espèce du bûcheron anachorète qui vit longtemps Impasse Florimont et qui fignole ses chansons avec ses cahiers d’écolier et sa guitare acoustique, les soirs de délire, on a envie de lui faire danser le moonwalk ou de lui... [Lire la suite]
Posté par imerege à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 12 février 2015

Brassens

Brassens est résolument anti-moderne, « foutrement moyen-âgeux » pour reprendre une de ses expressions. D’abord dans l’écriture : la filiation avec une certaine tradition poétique est revendiquée, celle de Villon notamment, une grande influence du chanteur, celle de La Fontaine aussi, puisqu’on peut évoquer un certain nombre de morceaux qui sont construits comme des fables. « Le gorille » en est une, plutôt plaisante, qui aborde de biais la question de la peine de mort. Plutôt malin, parce qu’il s’agit de mettre... [Lire la suite]
Posté par imerege à 00:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 11 février 2015

Pamphlets.

Il est rare que la tradition du pamphlet à la française ne puise pas dans une préciosité lexicale ou syntaxique, laquelle fait clignoter tous les signes d’une aristocratie littéraire : ça va de Léon Bloy à Muray, en passant par Desproges. Par exemple, les archaïsmes de langue qu’on réactive -à la Brassens- sont aussi des étendards qu’on brandit contre la modernité, puisque les pamphlétaires sont résolument anti-modernes.
Posté par imerege à 00:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 7 janvier 2014

Insupportable.

Portrait de Charles Aznavour sur France 2. Personnage absolument insupportable et vindicatif, qui continue de pester contre les médias, à chercher le succès comme si on le lui avait volé, comme si son petit talent n'avait pas suffi. Qu'est-ce qu'il faudrait qu'on fasse ? Qu'on s'excuse parce que la reconnaissance a été tardive ? Parce qu'on ne s'est pas agenouillé devant lui qui nous continue de nous gonfler depuis des années et ne cesse de faire ses adieux sur scène afin qu'on le pleure ? Rappelons-le à ses thuriféraires : la... [Lire la suite]
Posté par imerege à 23:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 9 juillet 2013

Amitié

Un soir, René Fallet choisit de partir. Il ne voulait pas déranger Brassens et Puppchen avec ses chagrins de coeur. Il rejoignit son domicile, le moral dans les chaussettes. Quelques minutes plus tard, on frappe à sa porte : c'est Brassens, avec sa guitare. Il ne dit rien, joue et joue encore. "Là, j'ai compris que Brassens et moi c'est pour la vie" dira plus tard l'écrivain.    
Posté par imerege à 10:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 28 octobre 2012

Patrick Clémence

Aux crétins de circonstance, on dit volontiers "Passe-moi le sel" ou "Passe-moi le poivre". Mais à Patrick Clémence, on ne parlait pas de la même façon. On le suppliait : "Passe-moi le Louki ou le Tachan". Et parfois, on avait juste à se baisser. Il nous approvisionnait. Ainsi était Patrick. Jusqu'au bout, profitant des moyens qu'offre la technologie, il a fait connaître ceux qu'il aimait et dont il a rejoint la joyeuse cohorte, avant-hier. En plein automne. Trente-et-un an après son Sétois préféré. On cherche toujours ce bistrot que... [Lire la suite]
Posté par imerege à 01:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
dimanche 8 avril 2012

Quelques propos sur le rock français...

- On vit sur un fort ancrage culturel du texte en France. Pour beaucoup, la bonne chanson française est forcément littéraire (par là, cette chanson avoue sa dette à la poésie). Brassens en constitue la figure tutélaire. Certains ont tenté de sortir du carcan : à mon avis, Gainsbourg a été le premier. Il a tenté d’assimiler le rock. En ce qui concerne Boris Vian, je trouve caractéristique que sa verve satirique se déchaîne en singeant les paroles des rocks américains. A travers lui, la chanson française se prévaut d’une soi-disante... [Lire la suite]
jeudi 3 novembre 2011

Brassens

Brassens, trente ans après. Et toujours les mêmes rengaines, les plus insupportables morceaux du Sétois moustachu qui les eût volontiers reniés. Bille en tête, "L'auvergnat" et "Les copains d'abord". Rien sur "La tondue" ou sur "Les deux oncles". Tonton Georges gentiment récupéré par tout le système... Pom, pom, pom. Ferré, lui, a beaucoup mieux résisté.
Posté par imerege à 23:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,