lundi 21 avril 2014

D'ane à zèbre (2014)

  D’âne à zèbre. Lettre H. L’humour, défini comme une« hyperacuité au réel », ne pouvait échapper à l’auteur. On le sait prolixe sur le sujet. On ne le soupçonnera pas d’en manquer lui-même. Synthèse des deux énoncés précédents : François Bégaudeau écrit un chapitre à la fois drôle et analytique. Sujet maudit, pourtant. C’est quasi automatique : ceux qui en parlent deviennent volontiers sinistres. Quand Bergson analyse le rire, on se marre très peu. Quand Genette se plie à l’exercice dans Figures V, on... [Lire la suite]
Posté par imerege à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 7 août 2011

Mon Jeannot

Il y a quelques années, au hasard d'une émission télévisée, Jean-Marie Bigard et Jean Roucas se sont retrouvés sur un même plateau. Le premier, à la proue du navire, le second, sous la ligne de flottaison. Roucas, hélas !  Quel qu'en fût le prix, il venait à nouveau d'exister sur la scène médiatique, par la grâce d'une apparition bêtifiante qui le condamnait irrémédiablement à l'opprobre publique. Heureusement pour lui, une cohorte de "has been" avait eu la même velléité, de sorte qu'on oublia tout ce petit monde aussitôt... [Lire la suite]
Posté par imerege à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 21 avril 2011

Vertige de l'humour

"Impertinent défi lancé à la spéculation philosophique", disait l'autre dans un célèbre bouquin. Pour que la blague soit efficace, il ne suffit pas qu'intrinsèquement on puisse la nommer par un des procédés dans lesquels on fait -de force- rentrer le rire : comique de mots, de gestes, de situation, de caractère. Encore faut-il que je frictionne mon interlocuteur, avant de le préparer à recevoir ma saillie. Tu as beau savoir, mon prochain, que ce que je dis est un jeu de mots, si tu n'as pas décidé de rire avec moi (pour... [Lire la suite]
Posté par imerege à 16:54 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 29 juillet 2009

A l'ombre des totems...

Les médias se lamentent depuis des lustres sur la mort de Coluche et de Desproges, en prétendant qu'on n'a jamais fait mieux depuis. Et l'ombre de ces deux-là a inhibé une génération de comiques depuis une vingtaine d'années, comme s'il était entendu qu'on ne pouvait pas les dépasser, ni même les égaler... Et pourtant, avec tout le respect et toute l'admiration que j'ai pour ces deux humoristes, je suis persuadé qu'on peut très bien mener une carrière dans le rire, sans vivre avec le poids d'un soi-disant "glorieux passé". ... [Lire la suite]