lundi 2 mars 2015

Modernité.

La modernité étant par définition un terme polysémique, elle suppose une diversité d'approches : philosophiques, sociologiques, littéraires... Si -quels que soient les domaines auxquels on l'applique- l'on associe ce concept à une forme de rupture, on concluera que vis-à-vis du conservatisme de leur temps, Baudelaire ou Flaubert étaient absolument modernes : les deux l'ont douloureusement éprouvé en subissant un procès. Puisque la société a réagi, c'est que par définition elle était réactionnaire et que Les Fleurs du... [Lire la suite]
Posté par imerege à 21:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 2 mars 2015

Chef-d'oeuvre

Splendide dessin de Luz dans Charlie. On le voit au lit avec sa gonzesse. Émotion, réconfort. J'ai presque envie d'en faire un poster tellement c'est beau.
Posté par imerege à 08:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 1 mars 2015

Fête.

Aujourd'hui, fête des mamies Il faut que j'apporte des fleurs à ma grand-mère paternelle. Sur sa tombe.
Posté par imerege à 18:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 1 mars 2015

Boris Nemtsov

Assasinat de l'opposant politique Boris Nemtsov. Poutine veut faire toute la lumière sur ce crime. Avec une lampe de poche. Et encore, s'il y a des piles.
Posté par imerege à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 27 février 2015

Multiplication.

Si deux tueurs s'en sont pris à Charlie Hebdo pour ce qu'il représentait, c'est bien que le magazine se singularisait par sa liberté à rire de tout, quitte à blasphémer contre les religions, sans les haïr. Or, si d'autres journaux avaient osé emboîter le pas de leurs confrères, si par solidarité les dessins impertinents avaient essaimé un peu partout, les fous furieux auraient bien vus que les lieux de multiplication étaient l'apanage d'une vraie solidarité et que la forteresse ne pouvait être prise. Là, Charlie Hebdo a payé parce que... [Lire la suite]
Posté par imerege à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
jeudi 26 février 2015

Beurk.

Je n'aime pas Plantu, je n'aime pas ses dessins qui se vautrent dans le symbolisme moral. Quand on regarde une oeuvre de Plantu, on a l'impression d'entendre quelqu'un qui nous dit ce qu'il faut penser. Et la preuve qu'il s'agit d'un bon gros moraliste des familles, après les attentats de janvier, le dessinateur préféré des manuels scolaires a gentiment quadrillé le terrain de l'humour en soutenant qu'il y a quand même des limites à ne pas dépasser. Remarque, quand on voit ses dessins, on les perçoit tout de suite.
Posté par imerege à 14:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 25 février 2015

Préférence.

J'aime beaucoup les chats. Je les trouve discrets et indépendants. Tout ce que j'aime.
Posté par imerege à 14:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 24 février 2015

Autofiction.

Ce qui m’intéresse dans l’autofiction -au-delà même du terme qui est discutable-, c’est d’abord la réhabilitation du personnage, après la grande lessive opérée par le Nouveau Roman. Ensuite, la falsification est moindre par rapport à l’autobiographie, qui me paraît globalement piégée par des conventions formelles (l’organisation du passé selon une logique de cause à effet, la nécessité de la rétrospection…). Je trouve que l’autofiction -dont la définition est moins circonscrite- a engendré une écriture plus sincère chez un certain... [Lire la suite]
Posté par imerege à 13:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 23 février 2015

Liberté -2-

L'avenir des journalistes, chroniqueurs, dessinateurs de Charlie Hebdo : des locaux bunkerisés, des sas de sécurité à franchir, des gardes du corps, un fanzine de copains devenus symbole de la liberté d'expression, la menace d'être abattu par un fou furieux djihadiste. Bon courage les mecs pour faire rire dans ce contexte.
Posté par imerege à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 22 février 2015

Liberté

Vous m'avez connu autrefois A Paris Jadis dessinateur dans un fanzine satirique. J'amusais la galerie, les copains, mes petites amies Que je lutinais, à qui j'offrais des promenades dans les rues de la capitale jusqu'aux heures où le jour Se lève. Et moi je partais sous un ciel couvert de rosée Rejoindre mon lit de célibataire. Au pied de ce lit, j'avais toujours un carnet de croquis. Je dessinais des bonhommes aussi ronds que mes idées. Et puis un jour est venu où nous avons été menacés. Ma petite amie de l'époque m'a... [Lire la suite]
Posté par imerege à 08:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :