samedi 23 avril 2011

Publicité.

Quand Cendrillon trouva enfin chaussure à son pied, elle en profita pour constater que vraiment : "La paire, y'en a pas deux".
Posté par imerege à 12:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 21 avril 2011

Vertige de l'humour

"Impertinent défi lancé à la spéculation philosophique", disait l'autre dans un célèbre bouquin. Pour que la blague soit efficace, il ne suffit pas qu'intrinsèquement on puisse la nommer par un des procédés dans lesquels on fait -de force- rentrer le rire : comique de mots, de gestes, de situation, de caractère. Encore faut-il que je frictionne mon interlocuteur, avant de le préparer à recevoir ma saillie. Tu as beau savoir, mon prochain, que ce que je dis est un jeu de mots, si tu n'as pas décidé de rire avec moi (pour... [Lire la suite]
Posté par imerege à 16:54 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 21 avril 2011

Ian Curtis

Pas plus qu'on imagine Dewaere dans Astérix, on ne voit pas le frêle Ian Curtis fouler le vaste sol américain. Comme une évidence, la géographie de Ian Curtis se limite aux paysages les plus mornes d'Europe : la platitude de la Belgique, Berlin (qui nous ramène à la trilogie magique de Bowie), Macclesfield. Au moment même où le groupe va éclater et devenir un phénomène, Curtis implose. Ce qui reste de Joy Division, ce sont deux albums somptueux, d'une noirceur rarement égalée, qui jettent le pont entre la musique punk et ce qu'on... [Lire la suite]
Posté par imerege à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 19 avril 2011

Quelques mots sur le roman -5-

Le roman qui abonde complaisamment en effets se condamne à la médiocrité : parmi les nombreux naufrages de l'écriture réaliste, citons Les malheurs d'Henriette Gérard de Louis Duranty, publié en 1879, oeuvre tellement ridicule que l'écrivain se consacrera finalement à ce qui lui allait le mieux : un théâtre de marionnettes. Frénétique, son style ne lésinait pas sur les métaphores grotesques : sous couvert de peindre la morne existence d'une femme de province (suivez mon regard), Duranty se vautre dans l'"effet de réel" : "Il lui... [Lire la suite]
Posté par imerege à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 19 avril 2011

Un poison violent (2010)

Le joli film de Katell Quillévéré ne fera certes pas bouger les lignes, en ce qui concerne le cinéma de l'adolescence, déjà copieusement fourni et illustré par les plus grands (Truffaut, Pialat en tête). Mais il est investi par des figures attachantes, quoique convenues : le prêtre déchiré entre sa foi et le désir de la chair, un grand-père bonhomme mais vaguement libidineux, une adolescente dévoyée du chemin de Damas, suivant un jeune garçon sur des sentiers de halage, des parents qui s'affrontent (forcément, puisque la réalisatrice... [Lire la suite]
Posté par imerege à 12:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
lundi 18 avril 2011

Quelques mots sur le roman -4-

Le roman se démarque de la poésie en ce qu'il est anti-lyrique : alors que, dans la plupart des cas, le poète revendique son identité, l'auteur de roman se retranche derrière une instance parfois assez commode : le narrateur. Assez commode, car l'écrivain peut jouer de l'ambiguïté d'une polyphonie comme le fait si bien Flaubert en utilisant le discours indirect libre dans Madame Bovary (qui parle, qui pense ? Le narrateur, l'auteur, le personnage ?). Dissimulé derrière cette instance, le romancier peut suggérer toute une... [Lire la suite]
Posté par imerege à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

dimanche 17 avril 2011

Jean-Marie Proslier

Le célèbre Solcarlus, jadis Monsieur Loyal des soirées de l'Olympia, vivait dans l'Eure où il fit mijoter de bons petits plats, tout en vantant les mérites d'une célèbre entreprise de conventions obsèques. On aurait aimé s'attabler avec cette figure débonnaire du show-business, pour suivre, par procuration, le destin de ces mille autres stars qu'il a croisées. Ainsi sont les hommes de l'ombre.
Posté par imerege à 13:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 15 avril 2011

Skyrock

Skyrock menacé, Bellanger viré. Euh oui, mais alors, rien à foutre. Radio nulle, musique nulle, animateurs pitoyables, on ne perdra rien.
Posté par imerege à 23:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 15 avril 2011

Quelques mots sur le roman -3-

Le jeu sur le langage est étroitement lié au jeu sur l'identité du genre : le roman peut contourner à dessein les "difficultés" et "contradictions" dont parle Butor et qui lui sont propres, comme l'incipit soumis à d'immuables règles depuis des siècles : Diderot les raille dans les premières lignes de Jacques le Fataliste : "Comment s'étaient-ils rencontrés ? Par hasard, comme tout le monde". Bien avant la célèbre formule de Paul Valéry, "la marquise sortit à cinq heures", Diderot tourne en dérision le caractère arbitraire, hasardeux... [Lire la suite]
Posté par imerege à 23:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 13 avril 2011

OSS 117

Qui d'autre que Jean Dujardin peut se targuer d'incarner un vrai personnage comique, aussi élégant que crétin ? Du Caire à Rio, on ne cesse de compter ses conneries d'autant plus jubilatoires qu'OSS 117 est un modèle d'auto-satisfaction. Dans la vie courante, on lui ferait sentir ce qu'il coûte d'efforts à la patience. Mais au cinéma... Haussements de sourcils, rictus idiots, rires sonores... Dujardin cabotine comme Belmondo autrefois et l'on comprend qu'une certaine presse ait rapproché les deux acteurs. Mais il y a plus de finesse... [Lire la suite]
Posté par imerege à 23:08 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,