jeudi 23 juin 2011

La promesse ou Ca dégouline sous les estrades -3-

  En même temps, cet investissement qui procédait d’une réelle conviction, lui permettait de cacher une fêlure : car, en dehors de sa vie professionnelle, elle n’avait plus de quoi s’épanouir depuis longtemps. Pourtant, ses amis lui répétaient qu’elle n’avait aucun motif de se plaindre et certains jours, Armande finissait par les croire. Il lui suffisait de quelques petits riens : une bise affectueuse de ses deux enfants ou de son mari pour qu’elle feigne de ne plus se croire seule. A quarante ans, Armande Salmont... [Lire la suite]
Posté par imerege à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 21 juin 2011

La promesse ou Ca dégouline sous les estrades -2-

Depuis longtemps, elle chérissait cet écrivain, en qui elle voyait l’incarnation d’une forme de liberté féminine, au-delà d’une vie que certains avaient jugé ou jugeait encore licencieuse. Depuis qu’elle enseignait à la faculté de Rouen, elle avait réclamé ce cours. Elle en avait défini les contours après une longue relecture, crayon en main, et avait sélectionné les deux livres qu’elle préférait : Indiana et Lélia. Elle les présenta tous deux, en brandissant les couvertures dans un réflexe. Puis elle se reprit, consciente du... [Lire la suite]
Posté par imerege à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 20 juin 2011

La promesse ou Ca dégouline sous les estrades -1-

Quand Armande Salmont posa ses feuilles sur le bureau de l’amphithéâtre, elle fut étonnée du silence qui régnait. Les étudiants de lettres modernes avaient joué des coudes et tout le monde n’avait pas réussi à s’asseoir. C’était la rentrée universitaire et la moitié d’entre eux ne serait plus là dans quelques mois, découragés par les premières notes ou tout simplement désireux de choisir une autre filière. Elle les connaissait bien, ces étudiants de première année, et elle leur tenait chaque fois le même discours où les encouragements... [Lire la suite]
Posté par imerege à 21:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 17 juin 2011

Elie Semoun à la radio

Gentil, gentil petit Semoun, qui débite des vacheries sur scène et des banalités sur les ondes. Encore un comique qui a besoin d'exhiber sa tendresse, pour qu'on l'excuse d'être acerbe. Et puis, évidemment, l'incontournable poncif des interviews d'humoristes : "tout petit déjà, j'amusais mes camarades". A la rituelle question, Desproges avait inventé une parade gouleyante : "Je n'ai pas fait rire tant que je n'ai pas été payé pour". Que les clowns s'assument aussi à la ville, hein...
Posté par imerege à 19:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 2 juin 2011

Théâtre

Hier, j'ai répété avec des vêtements non repassés. J'ai senti mes partenaires un peu froissés...
Posté par imerege à 14:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 17 avril 2011

Jean-Marie Proslier

Le célèbre Solcarlus, jadis Monsieur Loyal des soirées de l'Olympia, vivait dans l'Eure où il fit mijoter de bons petits plats, tout en vantant les mérites d'une célèbre entreprise de conventions obsèques. On aurait aimé s'attabler avec cette figure débonnaire du show-business, pour suivre, par procuration, le destin de ces mille autres stars qu'il a croisées. Ainsi sont les hommes de l'ombre.
Posté par imerege à 13:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 3 avril 2011

Fernand Raynaud

Aujourd'hui, on se passe très bien de Fernand Raynaud, puisqu'on regarde la France de René Coty et de Charles de Gaulle comme un vieux pays d'avant la Révolution. L'humoriste auvergnat n'est que le vestige de cette nation où l'on riait d'un paysan grognon ou des plaisanteries nasillardes de Robert Lamoureux. Raynaud, c'est la France d'avant 68, celle qui ne connaît ni la pilule, ni les cheveux longs, ni le féminisme. Quand on pense qu'"1=3" faisait scandale en singeant les armées napoléoniennes, on se dit que le rire devait filer... [Lire la suite]
Posté par imerege à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 22 mars 2011

Hugues Aufray

"Il s'appelait Stewball, il était très stew pid" (Hugues Aufray, Dylan à l'épreuve du Vermot, 2011).  
Posté par imerege à 17:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 11 janvier 2011

Feinte

La plus belle feinte de Michel Platini est d'avoir évité un journaliste de TF1 qui voulait l'interroger, juste avant la deuxième mi-temps de Bordeaux-Juventus en 1985, au stade Lescure. Je m'en souviendrai toujours. Magnifique.
Posté par imerege à 17:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 5 janvier 2011

Vigor

Eau Ecarlate qui nettoie les cochonneries les plus tenaces a inventé le produit ultime : Vigor, dont la puissance professionnelle fait merveille. Il ne s’agit pas de lever un sourcil circonspect en arguant que le propos est inutile. Non, non, non. Vigor est véritable tout en un. Muni d’un embout très pratique, il se présente globalement comme n’importe quel pistolet dont le propos est de nettoyer. D’ailleurs, l’hygiène du domicile est proche du duel au western : il s’agit bien de considérer qu’il y en a un de trop et qu’il... [Lire la suite]
Posté par imerege à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :