vendredi 5 août 2011

Jeu de la Vérité.

En mai 1985, Coluche effectue son grand retour médiatique, via une émission dont on on parlait beaucoup ces années-là : Le Jeu de la Vérité. Soumises à un feu de questions insidieusement sélectionnées et posées par les télespectateurs (au standard ou sur le plateau), les stars se trouvaient parfois bousculées, mises en danger. On se souvint que Chantal Goya y laissa les plumes de son chapeau magique et en voulut beaucoup au souriant Patrick Sabatier... lequel jouait très bien son rôle de gendre idéal, mais qui n'en pense pas moins. ... [Lire la suite]
Posté par imerege à 20:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 19 juillet 2011

La promesse ou Ca dégouline sous les estrades -9-

La lecture de cette nouvelle fut un ravissement. Elle avait craint d’être déçue, car elle en attendait beaucoup. Or, le récit était globalement maîtrisé et progressait selon un crescendo qui jouait avec les sentiments du lecteur. Cette histoire impossible lui parut d’une grande sensibilité, celle-là même qui avait éclaté durant l’exposé. Elle s’attacha davantage au personnage masculin, car il fonctionnait comme un autoportrait. Laurent y avait certainement mis beaucoup de lui-même, de ses espoirs, de ses doutes. Certains passages... [Lire la suite]
Posté par imerege à 17:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
lundi 18 juillet 2011

Bouvard

Philippe Bouvard manie une langue châtiée d'une voix traînante de bourgeois repu. C'est sa plus grande qualité. Pour le reste, on l'a connu plutôt rétif au rock'n'roll, auteur de billets assassins dans des journaux populaires et pourvoyeur de talents comiques à la télévision au milieu des années 80. La légende prétend que les candidats auditionnés ne disposaient que d'une minute pour le faire rire. On peut parier que Ionesco aurait été exclu aux préselections.
Posté par imerege à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 15 juillet 2011

The King Of Pomp

Nous l'avons enfin retrouvé Impasse Florilège, coincé entre quinze chats, trois perruches et un singe savant qui lit Proust en arménien. On le croyait mort, comme Guy Béart. Mais comme Guy Béart également, il suffit qu'on l'encourage pour que le flot paraisse ininterrompu : pourtant, celui qui se fait aujourd'hui appeler The King of Pomp, affectant la posture d'un autre artiste célèbre, promet de ne toucher ni à sa guitare, ni à quoi que ce soit qui puisse s'apparenter de près ou loin à un instrument de musique. C'est une réelle... [Lire la suite]
Posté par imerege à 22:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 13 juillet 2011

Jeux vidéos

C'était un temps que les plus de trente ans connaissent très bien. Les jeux vidéos s'extirpaient doucement de leurs graphismes rudimentaires, mais on n'avait pas de beaucoup dépassé Pong. On jouait alors sur un écran qui était encore celui de la télévision.  Dans Le manoir du Dr Génius, un jeu d'aventure conçu pour Oric, les pièces à explorer se limitaient à quelques pans de murs, pas même tapissés ni décorés. D'autres traits maladroitement programmés en BASIC tentaient de dompter un espace envahi par le noir, et le seul... [Lire la suite]
Posté par imerege à 13:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 7 juillet 2011

La promesse ou Ca dégouline sous les estrades -7-

« Pourquoi tu ne me fais plus l’amour ? » La question avait claqué comme un fouet, dans le silence de leur chambre où les lumières tamisées indiquaient elles-mêmes que leur relation ne brillait plus de mille feux. Armande posa son livre sur la couverture du lit. Son mari lui tournait le dos dans une position qu’elle jugeait prostrée. « Hein, pourquoi ? » Il y avait dans cette insistance quelque chose de profondément déchirant. Ces deux phrases validaient des mois et des mois de frustration, de... [Lire la suite]
Posté par imerege à 23:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 3 juillet 2011

La promesse ou ça dégouline sous les estrades -6-

Dans les couloirs de la faculté de lettres, non loin de la machine à café, quatre étudiants étaient restés à discuter et échangeaient leurs opinions sur cette rentrée universitaire. Trois d’entre eux découvraient ce grand monde inconnu qui leur paraissait à la fois exaltant et angoissant. Et sans doute était-ce la raison pour laquelle ils avaient besoin de partager ce qu’ils tenaient pour une impression complexe. Ils avaient lié connaissance profitant de leur proximité sur les bancs de l’amphithéâtre. Quelques plaisanteries échangées... [Lire la suite]
Posté par imerege à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 26 juin 2011

La promesse ou Ca dégouline sous les estrades -5-

C’est à cela qu’elle pensait en parlant à cette assistance toujours aussi attentive. Elle s’étonnait elle-même de pouvoir fractionner son cerveau entre la femme qui s’échappait vers la rêverie et celle qui donnait son cours d’une voix assurée. Ces deux-là formaient une seule et même personne et bien malin qui aurait pu s’apercevoir qu’un conflit existentiel l’agitait en plein cours. Cette inattention aurait dû lui faire perdre le fil de son propos. Mais non. Le silence, à peine entrecoupé par le grattement des stylos sur les feuilles... [Lire la suite]
Posté par imerege à 22:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 25 juin 2011

Quatre filles dans le vent.

Emission très intéressante sur France 2, hier soir. Tard dans la soirée, évidemment. Il s'agissait d'un portrait croisé de quatre stars féminines des années soixante : France Gall, Sheila, Sylvie Vartan et François Hardy.  Et François Hardy, à part. Parce que s'il y en a bien une qui se détache des trois autres, c'est elle. D'abord elle écrit ses textes, ensuite elle va au-delà de ce que dictent les conventions "yéyé" : des paroles d'une indigence rare qui chantent l'amour sur le mode du ping-pong (je-tu-je-tu) ou des postures... [Lire la suite]
Posté par imerege à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 24 juin 2011

La promesse ou Ca dégouline sous les estrades -4-

Alors ce soir-là, quand parmi la foule des étudiants, un jeune homme aux cheveux bien mis et au port altier vint l’accoster au bar, elle répondit d’abord par des phrases brèves qui signifiaient son désir d’être tranquille. Comme l’autre insistait, elle l’éconduit sèchement. Loin d’en être vexé, le jeune homme mima la tragédie de l’amant délaissé et se tint le cœur à deux mains, feignant d’être transpercé par des flèches assassines. Elle rit malgré elle de ce qu’elle jugeait pourtant grotesque,  mais qui était totalement assumé.... [Lire la suite]
Posté par imerege à 21:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :