jeudi 7 octobre 2010

Cuistrerie cinématographique

J'ai jadis connu une fille qui passait son temps à se poser le cul dans un fauteuil de ciné, en désignant ce qui était l'apanage du bon goût et ce qui ne l'était pas, arguant de sa culture et rejetant dans un hoquet de mépris un travail qu'elle-même n'aurait pu accomplir (tout le monde n'est pas Truffaut ou Godard). De surcroît, son arrogance était proportionnelle à l'indigence de son style, car quand on se dit supérieur, il faut effectivement prouver qu'on l'est. Or, elle n'avait qu'une plume de khâgneuse, c'est-à-dire ce que... [Lire la suite]
Posté par imerege à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 28 septembre 2010

Des hommes et des dieux.

Titre à ne jamais prononcer enrhumé. Pour le reste, Des hommes et des dieux est le beau film annoncé et encensé par tout le spectre de la critique, qui va du mécréant au croyant le plus convaincu. Magnifique évocation du destin tragique des moines de Tibhirine en même temps que réflexion sur les mystères de la Foi et de la Vie, Des hommes... est un film illuminé par la paix des âmes, dont la radieuse profondeur s'incarne dans d'inoubliables scènes (les chants liturgiques qui couvrent le vrombissement d'un hélicoptère, le dernier repas... [Lire la suite]
Posté par imerege à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 17 septembre 2010

Claude Chabrol

On l'a dit flaubertien, parce qu'il s'affichait en bourgeois qui critique la bourgeoisie. Mais l'était-il vraiment ? Madame Bovary est un de ses films les plus périssables, les moins personnels, comme si le sujet lui avait filé sous le nez en même temps que l'ironie de l'auteur. Marxiste plutôt, si l'on se réfère à La cérémonie où la lutte des classes finit par l'anéantissement des oppresseurs. Bien plus que cela finalement : rabelaisien dans la vie, balzacien à l'écran, assumant ses ratages comme ses réussites (Le boucher et Que la... [Lire la suite]
Posté par imerege à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 14 septembre 2010

Orly d'Angela Schanelec

A la fois huis clos et film choral, Orly fonctionne sur une plus-value gênante parce que ce qu’il faut penser se surajoute à ce qu’on voit. L’aéroport constitue par définition le lieu de la juxtaposition. Les destins s’y croisent, s’y décroisent ; des histoires s’amorcent ou se défont, de brèves rencontres scandent les longs moments où l’on subit (l’enregistrement des bagages, l’attente de l’embarquement). Tout cela est l’évidence même. Les personnages auxquels la réalisatrice Angela Schanelec s’intéresse sont ceux qui,... [Lire la suite]
Posté par imerege à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 12 septembre 2010

"Les soeurs Brontë"

Plutôt académique et beaucoup moins enthousiasmant que son film suivant Hôtel des Amériques, Les soeurs Brontë offre une curiosité de taille, qui à l'époque enflamma les exégètes : l'apparition de Roland Barthes dans le rôle de Thackeray. Cela dure quelques instants à la fin de l'histoire et le jeu du sémiologue, bressonnien en diable, tend vers cette neutralité dont il fit le sujet d'un de ses derniers cours au Collège de France. Tout se passe comme si, à force d'avoir traqué les signes un peu partout, Barthes voulait en gommer... [Lire la suite]
Posté par imerege à 16:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 12 septembre 2010

Omnia...

Depuis le 1er septembre, nous avons un nouveau cinéma à Rouen: l'Omnia. Il propose des films particulièrement intéressants et des rétrospectives alléchantes (prochainement, la comédie italienne, avec entre autres Affreux, sales et méchants ou Le fanfaron). Ca change des cinoches pop-corn où l'on achète son billet en même temps que son cholestérol. J'ai peur que l'Omnia ne fasse pas long feu dans la cité. Les gens n'ont pas l'air de se bousculer.
Posté par imerege à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 8 septembre 2010

Romy et Patrick

Romy Schneider et Patrick Dewaere partagent un certain nombre de points communs. On ne sait pas ce qu'ils pensaient l'un de l'autre, mais on sait que l'un comme l'autre ont été des enfants de la balle, avec une mère envahissante qui imposa ses choix et pratiqua également le métier d'acteur (avec beaucoup plus de succès en ce qui concerne Magda Schneider que Mado Maurin). Ces deux étoiles du cinéma ont connu un destin tragique (suicide pour Dewaere et... sans doute pour Schneider à qui rien ne fut épargné, même après l'atroce... [Lire la suite]
Posté par imerege à 17:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 5 septembre 2010

Jean Bouise

Parmi les grands seconds rôles du cinéma français, il y a Jean Bouise, qui promena sa fine silhouette, sa moustache et son jeu à la Jouvet dans quelques films mémorables. J'affectionne particulièrement son personnage dans le brûlot de Boisset, Dupont Lajoie. Confronté à la veulerie, il joue un flic absolument intègre, finalement obligé de se rendre à la raison d'état (des tas de raisons comme aurait dit Coluche). La première scène où il apparaît devant Jean-Pierre Marielle qui plastronne, est absolument délectable. On se souviendra... [Lire la suite]
Posté par imerege à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 31 août 2010

Maine-Océan de Jacques Rozier

Maine-Océan. Jacques Rozier. Un cinéaste rare, dans tous les sens du terme. Maine-Océan... on inspire, ça sent l’air du large. Dans le cinéma français, c'est du-pas-vu-en-ce-qui-me-concerne... un ovni avec des personnages attachants, improbables. Improbable déjà le choix d’associer Bernard Menez et Luis Régo. Mais Bernard Menez a été révélé par Rozier, alors qu’il allait partir pour le Canada. In extremis. Sinon, sa carrière lui aurait filé sous le nez. Et Régo, l’acteur des minables gaudrioles des Charlot. Le grand Régo du Tribunal... [Lire la suite]
Posté par imerege à 17:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
mardi 31 août 2010

Alain Corneau

Série Noire. Le trio magique Perec-Corneau-Dewaere adaptant un polar poisseux de Jim Thompson, Des cliques et des cloaques. Corneau et son phrasé rapide, Corneau et sa nervosité, Corneau et son magnifique sourire. Fort Saganne, Tous les matins du monde... tout cela, c'est joli, esthétique, gentiment illustratif... mais ça n'arrivera jamais à la cheville de Série Noire.
Posté par imerege à 14:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,