samedi 6 août 2011

Le clan des Siciliens (1969)

Ce bon vieux film des familles passait l'autre jour à la télévision. Construit autour du trio magique Ventura-Gabin-Delon, Le clan des Siciliens déroule une partition sans surprise (gangsters fidèles à un code d'honneur, prises d'otages, traques policières, règlements de compte au sein de la fratrie). Pourtant, il se regarde sans déplaisir. C'est du cinéma carré, bien ficelé. Et puis, chaque génération peut s'identifier à son totem : pour les plus jeunes, disons les trentenaires (parce que plus jeune, hem...), ce sera Delon, alors au... [Lire la suite]
Posté par imerege à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 4 août 2011

Dupont Lajoie (1974)

Le personnage a marqué la conscience collective, au point qu'il est devenu une antonomase. Tous les ans, Georges Lajoie emmène sa famille au même camping, où il retrouve évidemment les mêmes gens, postés aux mêmes emplacements : parmi eux, Colin-le-sonore et Schumacher-le-pervers. Pas de Patrick Chirac à l'horizon. Chez Boisset, la beaufitude induit une violence latente, pas un déferlement de fariboles graveleuses. Cette violence se déchaîne en trois temps : d'abord au cours du bal populaire, où un incident éclate entre Lajoie et deux... [Lire la suite]
Posté par imerege à 19:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 14 juillet 2011

Harry Potter et le reliques de la mort (Partie 2)

Le dernier Harry Potter se regarde très bien, même si -comme moi- certains spectateurs ne maîtrisent que quelques axes qui permettent de se repérer dans un écheveau d'évenements. Résumé des épisodes précédents : Dumbledore a été tué par Rogue, Ron et Hermione en pincent l'un pour l'autre et Voldemort s'apprête à lancer une grande offensive. Le reste m'apparaît comme une nébuleuse : Rusard et Miss Teigne, Serpentard, le professeur Lupin, Malefoy, les détraqueurs, etc. Je suis entré dans la salle en ayant l'impression de me rendre à... [Lire la suite]
Posté par imerege à 23:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 11 juillet 2011

Les Revenants (2004)

Les incursions du cinéma français dans le genre fantastique démentent une assez longue tradition littéraire qui a produit des chefs-d'oeuvre, comme si l'annexion de la peur par les Anglo-Saxons avait suscité un complexe à la fois commercial et artistique au pays de Cazotte. Longtemps, le septième art hexagonal a exclu la possibilité de rafler la mise avec l'angoisse, et bien que les tentatives se soient multipliées avec plus ou moins de bonheur ces dernières années, on ne sache pas qu'un film français purement fantastique (au sens où... [Lire la suite]
Posté par imerege à 21:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 6 juillet 2011

The Doors (1991)

On ne saurait filmer un mythe aussi évident que Jim Morrison, tout à la fois Dionysos et chaman, sans déchaîner la fureur et invoquer des forces telluriques. Oliver Stone le fait et plutôt bien, c'est-à-dire avec son style avec lui. On n'y apprend rien de vraiment de subtil et l'on quitte le chanteur comme on l'a trouvé en entrant : sexy, drogué et radical. Dans l'intervalle, il aura fallu subir de longues scènes oniriques, aussi épaisses qu'un brouillard, des flashbacks tirés par les cheveux d'un hippie et le cabotinage de Val... [Lire la suite]
Posté par imerege à 13:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 28 juin 2011

Nowhere boy (2009)

Nowhere boy est un biopic récent, mais comme on l'assimilerait volontiers à un de ces téléfilms pantouflards de la BBC, il paraît beaucoup plus vieux qu'il n'est. Peu importe. Si la mise en scène s'avère sagement réaliste, sans apprêt, elle épouse toutefois la volonté -très scolaire- de s'en tenir à une stricte chronologie des événements. Les rares analepses ne refèrent qu'au traumatisme initial : l'enfant abandonné par ses parents et recueilli par sa tante.  John Lennon serait-il devenu cette pop star planétaire, s'il n'avait... [Lire la suite]
Posté par imerege à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 5 juin 2011

The tree of life (2011)

C'est le prototype même du film "casse-gueule", qu'on peut conjointement qualifier de chef-d'oeuvre new-age et de pachyderme cosmologo-biblique. On navigue entre les deux, sur un fil aussi tendu que la relation instaurée par Brad Pitt au sein de la structure familiale. Chef autoritaire d'une fratrie, hiératique comme peu de militaires, il subit de plein fouet le drame familial qui crée la béance, comme dans Virgin Suicides (même causalité, même environnement). A partir de là, le deuil ouvre l'intime du questionnement aux proportions... [Lire la suite]
Posté par imerege à 13:38 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 30 mai 2011

Alain Delon

Alain Delon est artistiquement mort en 1984. Il a tourné un Blier pour lequel il a obtenu le César du meilleur acteur, et après, plus rien... Disons que Le passage, L'ours en peluche et Le retour de Casanova, c'était sans doute pour blaguer ou accréditer la rumeur d'un sosie. On ne voit pas d'autre explication. Pour tous ceux qui l'ont connu, qui l'ont vu tourner avec Losey ou Visconti, le deuil a été terrible. Alain Delon lui-même a regretté Alain Delon, en avouant à Christine Ockrent que jamais il ne souhaiterait "tourner le film de... [Lire la suite]
Posté par imerege à 21:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 24 mai 2011

Papa (2004)

Papa est sorti il y a quelques années dans la catégorie "oeuvres confidentielles et prometteuses". On y voit un père de famille pas trop paumé, dont le souci est de préserver son fils du drame déjà advenu. L'ex-rigolo Maurice Barthélémy (ci-devant membre d'un bataillon de branquignols inspirés par les Python), marche sur les traces de Benigni et de Christine Pascal, quelque part entre La vie est belle et Le petit prince a dit. Assurément, ce film n'a ni l'humour ravageur de l'un, ni grâce lyrique de l'autre, mais on est touché,... [Lire la suite]
Posté par imerege à 23:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 22 mai 2011

La conquête (2011)

On attendait sans doute autre chose de Xavier Durringer, ciseleur d'un théâtre de première importance. Un  personnage de scène lui était offert sur un plateau et, pour l'incarner, un grand comédien du Français. Mais ce biopic déçoit et ne restera dans les mémoires que pour avoir été la première fiction sur un chef d'Etat français encore en exercice. Signe des temps et d'une actualité qu'on suit minute par minute ? Même le cinéma ne peut résister à la frénésie, alors que ce genre de sujet mérite infiniment de distance et de tact.... [Lire la suite]
Posté par imerege à 08:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,