Il n'empêche : "Loin d'ici" est peut-être une des mes chansons de variété favorite.

Le texte fonctionne sur une double peine : celle du chauffeur de taxi et celle de sa passagère. Le texte adopte le point de vue du premier, évoqué par une série de notations. Ce qui le rend perméable au chagrin de cette femme, c'est la solitude inhérente à son métier.

En fait, je pense qu'il faudrait écrire un roman sur un chauffeur de taxi.

Qui traverse Paris, qui voit tout une sociologie peupler son habitacle, l'habiter un instant, puis repartir. Du VRP pressé au couple d'une nuit qui s'embrasse sur la banquette arrière, à la sortie d'une boîte.