Le dernier livre de Philippe Jaenada se lit comme un polar intégral qui nous conduit sur les traces de Bruno Sulak, le gentleman-cambrioleur des années 80, connu pour ses multiples évasions. La dernière ne se déroula pas comme prévu : repéré par des gardiens, Sulak tenta de leur échapper, sauta par la fenêtre et s'écrasa huit mètres plus bas. Nous étions en mars 1985.

Jaenada mène son récit tambour battant, mais se croit malin lorsqu'il glisse des incises dont tout le monde se fout, qui concerne sa vie, la mort de Joëlle Mogensen (la chanteuse d'"Il était une fois"), des propos sur Spaggiari déjà lus dans mille articles. Si le récit retient, c'est par son sujet seul. Mais n'importe quel écrivain suffisamment documenté aurait pu l'écrire.

bruno sulak_0