- N'empêche que Charlie Hebdo a été très seul ces derniers années. Très seul avec toutes ces menaces. Que Charb riait, mais tremblait quand même un peu. Et que ces derniers mois, sa protection avait été allégée.

- N'empêche que Charlie Hebdo était financièrement très mal. Qu'une poignée de lecteurs l'achetaient, mais pas assez pour le faire vivre de façon décente.

- N'empêche que des millions de Français ne connaissaient pas Charb avant que le massacre, perpétré par ces tarés cosmiques, ait lieu.

- N'empêche qu'on n'est pas sûr que ce raz-de-marée "Je suis Charlie" aboutisse à une mise en actes au quotidien. Pour l'instant, c'est une immense émotion. Mais dans une semaine ? Qui dit que chacun/chacune, de retour dans son quotidien, n'aura pas cessé de réfléchir à ce qui s'est passé ?