Portrait de Charles Aznavour sur France 2. Personnage absolument insupportable et vindicatif, qui continue de pester contre les médias, à chercher le succès comme si on le lui avait volé, comme si son petit talent n'avait pas suffi. Qu'est-ce qu'il faudrait qu'on fasse ? Qu'on s'excuse parce que la reconnaissance a été tardive ? Parce qu'on ne s'est pas agenouillé devant lui qui nous continue de nous gonfler depuis des années et ne cesse de faire ses adieux sur scène afin qu'on le pleure ? Rappelons-le à ses thuriféraires : la jeunesse se fout de Charles Aznavour, ne le connaît même pas.

Allez, un peu de pédagogie pour les moins de vingt ans : Charles Aznavour est un vieillard devenu atrabilaire. Il composa jadis quelques jolies chansons et un paquet de nullités. Cet artiste regrette amèrement de ne jamais avoir atteint le niveau d'un Brel, d'un Ferrat, d'un Brassens ou d'un Ferré, qui ne roulaient pas sur l'or, mais l'avaient au bout des doigts.