1- Ces phrases, par exemple : "Antoine prit la lettre dans son veston et la remit discrètement à Sophie. Elle la déplia et commença à la lire, visiblement satisfaite. Tout en poursuivant sa lecture, elle tira une chaise à elle et s’assit. Elle rendit la première page à Antoine."

 Sept verbes d'action. Surcharge de détails ridicules. Par exemple : « Elle tira une chaise à elle et s'assit ». On se doute qu'elle ne va pas faire autre chose. Le mauvais écrivain se perd dans le détail pointilliste. Lointain réflexe qui plonge ses racines dans une écriture scolaire.

2-  "Etre jaloux, c'est ne pas accorder sa confiance à l'autre.". Sans blague ? Marc Lévy ou l'art d'enfoncer les portes ouvertes.

3- "J'ai une idée, dit Mathias. Arrêtons-nous sur ce banc, le quartier est joli, nous n'avons pas besoin de grand chose, on en bouge plus d'ici.

- Tu veux dire qu'on reste là, immobiles ? [Elle n'est pas très fine, elle repète ce que l'autre vient de dire]

- C'est exactement ce que je veux dire.

- Combien de temps ? demanda Audrey en s'asseyant. [Toujours notifier la concomitance des actions]

- Autant de temps que nous le voudrons. [Cliché de l'amour hyperbolique, qui conduit à des décisions hyperboliques. C'est-à-dire qu'il aurait pu répondre jusqu'à la fonte des glaciers, jusqu'à ce que l'équipe de France de Deschamps remporte la coupe du monde. Variante du sempiternel : "Pour toi, je décrocherai la lune"]

Le vent s'était levé, elle frissonna. [Il aurait été plus amusant qu'elle se mouche]

- Et quand l'hiver arrivera ? demanda-t-elle. [

- Je te serrerai un peu plus fort." [Un homme normal aurait répondu : "Nous serons gelés". Mais Marc Lévy n'a aucun humour.]