Par définition, les auteurs classiques sont enseignés dans les classes. Mais que penserait un Flaubert du traitement qu'on lui inflige ? Se découvrant avec effroi porte-drapeau du réalisme, il invoquerait sa sempiternelle recherche du Beau. Mais enfin, il faut sans doute baliser le chemin de ceux qui n'empruntent pas souvent la voie des livres ou qui n'ont que de très vagues repères dans l'histoire littéraire. Libre à eux de s'affranchir des clichés, si le sujet les intéresse. Flaubert n'appartient pas plus aux spécialistes qu'au grand public. Hélas, certains territoires artistiques sont parfois annexés par des gens qui se croient les représentants d'une certaine aristocratie culturelle et qui véhiculent un certain nombre de jugements intangibles, au nom d'une lecture qu'ils voudraient universelle. La démocratie culturelle exige qu'on dote le public des connaissances minimales et des outils qui permettent de les dépasser.