dimanche 18 décembre 2011

Roland Dubillard

On cherche toujours la trace d'une réaction présidentielle à la mort de Roland Dubillard, un des plus grands auteurs absurdes de ces cinquante dernières années. Nicolas Sarkozy se réserve sans doute pour le décès de Johnny Hallyday, dont on parlera des mois entiers, évidemment. Cette semaine, l'évocation de l'auteur des Diablogues n'occupe qu'une poignées de minutes ou de lignes. A vous dégoûter d'écrire. Si Ionesco mourait aujourd'hui, la nouvelle de son trépas n'aurait pas plus d'écho qu'une voix plaintive hurlant à l'aide... [Lire la suite]
Posté par imerege à 18:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 18 décembre 2011

On peut rêver

En hommage à Vaclav Havel, TF1 envisage de consacrer sa première partie de soirée à Largo Desolato, une des oeuvres essentielles du politicien et dramaturge.
Posté par imerege à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 18 décembre 2011

Lamento.

Cesaria Evora n'est plus. Victime de son fameux goût pour les batatinhas. Victime de son appétit de vie. Pas raisonnable pour un sou, assez fâchée contre les docteurs et les médicaments. Au Cap-Vert, la tristesse a le plus que jamais la couleur de la morna et en France, celle d'un cognac qui aurait mal vieilli. Sodade, Sodade, Cesaria...
Posté par imerege à 17:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
samedi 17 décembre 2011

La forêt d'émeraude

         Ce qu'il me reste de cette fable rousseauiste, c'est d'abord le souvenir de cette affiche. Plus tard, le film : cet enfant soustrait à sa famille et élevé au coeur de la forêt amazonienne. Les retrouvailles avec le père, l'initiation (ce que la nature méprisée par la civilisation doit en retour lui faire retrouver) et l'hypnotique musique du tandem Gascoigne/Homrich.
Posté par imerege à 13:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 16 décembre 2011

Christian Hecq

L'on donne à nouveau Un fil à la patte à la Comédie Française. Dans le célèbre vaudeville de Feydeau, Christian Hecq brille de mille feux, damant le pion à ses autres partenaires. A côté, Guillaume Gallienne fait figure de bon élève un peu emprunté. Car c'est bien Hecq qui focalise tous les regards. A peine entré sur scène et le public qui applaudit déjà ! Le reste est un récital, entre Chaplin, Tex Avery et De Funès. Avec son corps en caoutchouc et son physique de Nosferatu, Christian Hecq dynamite chaque scène, transporte le... [Lire la suite]
Posté par imerege à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,