Un point commun évident : la vacance. Dans La collectionneuse, Adrien ne tue même pas son ennui. Il en fait l'analyse à travers une voix off (assez inhabituelle dans le cinéma de Rohmer). Pour Gaspard, ce sont de longs travellings et le silence. A chaque fois, le littoral, tout près. Adrien s'étiole dans une grande villa de Ramatuelle. L'espace de Gaspard est un peu plus étriqué. Différence : le premier, qui ne demande rien moins que la tranquillité, sera dérangé puis séduit par l'ingénue Haydée ; le second, qui a élu le hasard, attend justement d'être dérangée par une présence féminine.

Deux trajectoires où le soleil camoufle l'ombre. A la fin, deux départs : Adrien en avion et Gaspard en bateau.