dimanche 21 mars 2010

Gâchis

Déchirant, non ? Dewaere n'était pas convaincu d'avoir du talent et ne savait pas qu'on lui en trouvait, sans avoir à chercher. Il pleura sur l'épaule de Depardieu et Annaud, après une nuit des Césars où il ne remporta rien. "Je ne l'aurai jamais, parce que je suis trop nul !"... alors, les prix, les médailles, tout ça hein...
Posté par imerege à 17:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 21 mars 2010

Césars 85

Le monde est injuste : nominé pour la première fois, Christophe Lambert remporte le César du meilleur acteur pour son rôle dans Subway, alors que Patrick Dewaere, peut-être le plus grand acteur que la France ait engendré, a été cité cinq fois sans jamais remporter le trophée.
Posté par imerege à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 20 mars 2010

Les Bronzés 3 : amis pour la vie.

Après avoir incarné un renouveau tout à fait salutaire dans un humour alors dominé par les pantalonnades d'une septième compagnie franchouillarde et les pitreries fatiguées d'un Fufu sous surveillance médicale, le Splendid confirme le célèbre adage de De Gaulle : la vieillesse est un naufrage. Surtout la vieillesse du comique, qui ne supporte pas l'absence de rythme et la lourdeur. Dans les deux premiers opus des Bronzés, tout était léger, frais, délicieusement potache. L'esprit café-théâtre transpirait sous chaque gag, et peu... [Lire la suite]
Posté par imerege à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 19 mars 2010

Suspens...

Longtemps compacte, d'une densité exceptionnelle, l'oeuvre de Roland Barthes regarde davantage vers le fragment à partir des années 70 : l'autobiographie de 1975 choisit cette forme et les célèbres anamnèses ne sont rien d'autres qu'une série de morceaux proches du haïku, Fragments d'un discours amoureux divise les sentiments par les discours, les chroniques du Nouvel Obs en 1979 reposent sur une série d'impressions et de sujets écrites "à saut et à gambade", enfin La chambre claire s'appuie sur des... [Lire la suite]
Posté par imerege à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 16 mars 2010

Certains l'aiment chaud

C'est un film que la grâce imprègne de bout en bout, qu'on peut revoir n'importe quel soir, qu'on ait le cafard, ou que l'on soit joyeux, en admirant la mise en scène, le jeu des acteurs et la drôlerie des dialogues. Certains ronds-de-cuir de la comédie moderne feraient bien de réviser leurs gammes, en reluquant ce classique de Billy Wilder. En ce qui me concerne, je l'ai découvert à 15 ans et je suis presque tombé amoureux de Norma Jean. L'histoire d'abord : ça commence dans une ambiance très polar. Nous sommes alors à ... [Lire la suite]
Posté par imerege à 19:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 16 mars 2010

Ed Wood

Il fallait bien un iconoclaste comme Tim Burton pour rendre hommage à un doux illuminé tel que Ed Wood, désigné peu de temps après sa mort comme "le plus mauvais réalisateur de tous les temps". Qui d'autre que l'auteur de Edward aux mains d'argent pouvait évoquer la vie d'un homme dont la postérité n'a pas retenu le nom ? Le génie de Burton, tout au long de ce film original, est de nous faire croire que la médiocrité et les obsessions du réalisateur infructueux ne sont que des talents ignorés, méprisés. ... [Lire la suite]
Posté par imerege à 19:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :