"Me voici abandonné dans ma célébrité..." chante Michaël Jackson dans Stranger in Moscow ("Here abandoned in my fame"). Fantôme laiteux, il traverse une ville grisâtre où la tombe de Staline ne cesse de le hanter. Qu'est-ce que Bambi avait à voir avec le Petit Père des Peuples, assassin de millions de gens ? L'attrait du pouvoir, la mégalomanie. Mais aucun sens politique chez le King Of Pop. On ne l'imagine pas plus à proximité du Kremlin que dans un parking mal famé, projetant une pâle lumière sur une faune urbaine oubliée des puissants. La géographie jacksonienne, c'est plutôt la forêt du Petit Poucet.